La transduction

Le processus par lequel les différents photorécepteurs interprètent le message lumineux et le convertissent en influx électrique afin qu’il soit plus tard interprété par le cortex visuel pour former une image est appelé transduction. Ce processus débute par l’absorption d’un photon par les pigments photosensibles des photorécepteurs, appelés opsines (iodopsine dans le cas des cônes et rhodopsine dans le cas des bâtonnets). Ces molécules sont des protéines transmembranaires qui peuvent aller jusqu’au nombre de 100 millions sur le segment externe d’un bâtonnet. Au niveau du septième domaine transmembranaire de la rhodopsine, une molécule dérivée de la vitamine A y est attachée, il s’agit du rétinène (ou rétinal) sous sa forme « 11-cis » qui, grâce à l’isomérisation, change de forme quand elle reçoit un photon pour devenir la forme « tout-trans » détachée de l'opsine , activant ainsi la rhodopsine qui devient la méta-rhodopsine II. Cette transformation déplie la molécule et crée ainsi le même effet que la fixation d’un neurotransmetteur sur son récepteur. C’est le début d’une réaction en chaine qui entraine une amplification de l'information portée par le photon et l’hyperpolarisation de la membrane. Le rétinal peut être recyclé.

transduction.jpg




6 votes. Moyenne 2.50 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site